Evolution de la longévité et de l’espérance de vie

 Longévité et espérance de vie sont deux notions différentes. L’espérance de vie fait référence à l’âge moyen auquel meurt un individu. Elle est généralement de 30 à 40 ans au maximum chez les chasseurs-cueilleurs, et plus généralement dans l’ensemble des sociétés précédant la révolution industrielle, de de l’ordre de 80 ans dans les sociétés industrielles. La longévité est l’âge auquel peut prétendre parvenir un individu s’il échappe aux différentes causes de mortalité accidentelles. Elle est de l’ordre de 70 à 80 ans chez les chasseurs-cueilleurs. La différence entre les deux valeurs s’explique par l’importante mortalité infantile que connaissent les sociétés pré-industrielles.

 

 


The life history of human foraging : cross-cultural and individual variation
Jeremy Koster et al., 2019
https://www.biorxiv.org/content/biorxiv/early/2019/03/12/574483.full.pdf

Walker et al.(2002) and Gurven et al. (2006) report data from the southern Neotropics that subsistence hunters achieve high proficiency only after reaching advanced ages, roughly 35 to 45 yearsold. Because hunters achieve adult size and strength much earlier in life, these results areconsistent with the embodied capital hypothesis and its emphasis on the gradual masteryof cognitively complex hunting strategies […]
Our analysis supports the general conclusion that skill peaks between 30 and 35 years ofage, well after the age of reproductive maturity. Peak skill is typically not much higher thanskill during early adulthood, however. Declines with age are typically slow—an average56 year old has the same proportion of maximum skill as an average 18 year old. There isconsiderable variation both among sites and individual hunters within study sites. Variation among individuals is described more by heterogeneity in the rate of decline than the rateof gain.
Chasseurs-cueilleurs compétences Koster 2019
L’espérance de vie à 70 ans est encore d’une dizaine d’années chez la plupart des chasseurs-cueilleurs. Elle est encore de quelques années à 80 ans, ce qui signifie que cet âge peut même être dépassé.
Le second graphique représente l’évolution des décès des adultes par âge. L’âge modal au décès est celui où sont constatés le plus de décès. Il est de l’ordre de 70 ans dans la plupart des sociétés de chasseurs-cueilleurs.
Longevity among Hunter-Gatherers: A Cross-Cultural Examination
Gurven et Kaplan, 2007 Age modal au décès

 

Certaines études un peu anciennes ont pu sous-estimer les âges au décès des adultes, pour des époques historiques, mais sans doute aussi préhistoriques :

A quel âge mouraient nos ancêtres ?
Claude Masset
INED, Population et sociétés n°380, 2002
https://www.ined.fr/fichier/s_rubrique/18771/pop_et_soc_francais_380.fr.pdf
répartition des décès passés
Ici, chez les Aché, environ 20% des individus atteignent l’âge de 70 ans, environ 10% pour les Hiwi.
A Theory of Human Life History Evolution: Diet, Intelligence, and Longevity
Hillard Kaplan et al.
Evolutionnary anthropology, 2000
https://www.unm.edu/~hkaplan/KaplanHillLancasterHurtado_2000_LHEvolution.pdf
Kaplan et al., 2000
Cette étude chez les Yanomami rapporte environ 5% de survie à 70 ans et encore 1% à 80 ans.

The genetic structure of a tribal population, the Yanomama Indians.
James V. Neel, Kenneth M. Weiss
American journal of physical anthropology, 1975
https://onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1002/ajpa.1330420105

Esperance-de-vie-et-survie-yanomami